La paroisse fait partie du diocèse de Lyon, elle est située en Beaujolais, entre Lyon et Villefranche sur Saône


 

COMMUNIQUÉ SPÉCIAL

Lundi 16 mars

Comme vous le savez, la situation sanitaire est assez grave.

L’Église de France évolue de jour en jour dans les décisions à prendre pour correspondre aux décisions de l’état concernant la propagation du Covid 19. À ce jour, le diocèse de Lyon nous demande d’annuler toutes les rencontres rassemblant des enfants et des adultes. Ce qui veut dire concrètement : arrêt du catéchisme depuis samedi, arrêt de la préparation au baptême, suppression des répétitions de chants en vue du Triduum Pascal, suppression des messes, arrêt des messes dans les EHPAD (Opalines, Lamy, Anciens Combattants), report des baptêmes et des mariages de ce mois de mars jusqu’à nouvel ordre.

Pour les funérailles, un dialogue sera ouvert avec chaque famille pour prendre la meilleure décision.

Le presbytère est fermé au public dès ce lundi 16 mars. Le secrétariat fonctionne en télétravail. Vous pouvez continuer d’appeler par téléphone ou par mail.

Comme nous l’a demandé Mgr Dubost, nous prendrons le temps, matin et soir, de nous adresser à Notre-Dame de Fourvière en récitant trois « Je vous salue ». Je vous propose de rajouter la prière du père de Foucault qui nous aidera à être humble dans cette traversée du désert. En employant le verbe traverser, je veux signifier que nous allons vers la Lumière.

Gardons l’Amour et l’Humour. Prenons soin de nous, prenons soin des autres.

 

Père Marc Costarigot, curé de la paroisse

 

Prière du Père Charles de Foucault :

 

Mon Père, je m’abandonne à toi,
fais de moi ce qu’il te plaira.
Quoi que tu fasses de moi, je te remercie.

Je suis prêt à tout, j’accepte tout.
Pourvu que ta volonté se fasse en moi,
en toutes tes créatures,
je ne désire rien d’autre, mon Dieu.

Je remets mon âme entre tes mains.
Je te la donne, mon Dieu, avec tout l’amour de mon cœur,
parce que je t’aime,
et que ce m’est un besoin d’amour de me donner,
de me remettre entre tes mains, sans mesure,
avec une infinie confiance,
car tu es mon Père.


Informations et ressources pour les temps de confinement



Liens vers les offices et temps de prières proposés sur internet.

Nos voisins du doyenné :

Paroisse St Christophe les Deux Rives/St Roch en Val de Saône, retransmission de la messe à 10h30 le dimanche sur Youtube

et informations sur les autres temps de prières sur le site de la paroisse.

Nos voisins du Chemin-neuf (les Pothières à Anse) : https://directs.chemin-neuf.fr/

Paroisse Sainte-Anne des Calades : page dédiée du site de la paroisse.

Paroisse Saint-Pierre et Saint-Paul en Val d'Azergues : site de la paroisse.

 

Le diocèse :

Un temps spirituel tous les jours à 18h15 : mercredi vêpres, jeudi chapelet, vendredi chemin de croix, samedi vêpres, dimanche messe, lundi chapelet, mardi messe : Youtube ou bien le compte facebook de Mgr Gobilliard.

La paroisse Saint-Nizier (Communauté de l'Emmanuel) propose les offices en direct : laudes à 9h30, messe à 10h/dimanche 12h30, temps d'adoration eucharistique suivi des vêpres à 18H30, et chemin de croix à 12h15 les vendredis de Carême : Youtube

 

D'autres sites nationaux :

KTO

Messe du Pape François en direct à 7h, https://www.ktotv.com

Messe en direct à St Germain l’Auxerrois à 18h15, https://www.ktotv.com

RCF

https://rcf.fr/actualite/coronavirus-programmation-speciale-sur-rcf

RCF propose une messe quotidienne de 11h à 11h30, la messe dominicale à 18h15, le culte protestant le samedi à 18h15.

Plusieurs fois par jour, RCF assure la diffusion de LA PRIÈRE DU MATIN, LA PRIÈRE DU SOIR et le PSAUME DU JOUR. Dès le jeudi à 22h, l'Évangile du dimanche est commenté dans ENFIN UNE BONNE NOUVELLE. Tous les jours à 15h30, RCF continue de diffuser le chapelet en direct de la grotte de Lourdes. Du 17 au 25 mars, le sanctuaire de Lourdes a lancé une neuvaine à l'Immaculée. À partir du mardi 17 mars et pour toute la durée du confinement, RCF retransmet tous les soirs de 20h30 à 21h un temps de prière en direct de la communauté de Taizé.

 

Emmanuel play (Communauté de l'Emmanuel), retransmission de la messe tous les jours (12h en semaine, 10h30 le dimanche)

https://play.emmanuel.info/chaine/live-messe-en-direct/

 

Site qui réunit plusieurs communautés et propositions (mais il faut s’inscrire) : https://hozana.org/


Dimanche 29 mars

Textes repris du Livret de Carême du diocèse.

 

5ème dimanche de carême 2020 : nos tombeaux ne sont pas des gouffres

Troisième scrutin pour les catéchumènes, la répétition des scrutins montre la fidélité de Dieu, sans cesse renouvelée.

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 11, 17-45

À son arrivée, Jésus trouva Lazare au tombeau depuis quatre jours déjà.
Comme Béthanie était tout près de Jérusalem – à une distance de quinze stades (c’est-à-dire une demi-heure de marche environ) –, beaucoup de Juifs étaient venus réconforter Marthe et Marie au sujet de leur frère.
Lorsque Marthe apprit l’arrivée de Jésus, elle partit à sa rencontre, tandis que Marie restait assise à la maison.
Marthe dit à Jésus : « Seigneur, si tu avais été ici, mon frère ne serait pas mort. Mais maintenant encore, je le sais, tout ce que tu demanderas à Dieu, Dieu te l’accordera. »
Jésus lui dit : « Ton frère ressuscitera. »
Marthe reprit : « Je sais qu’il ressuscitera à la résurrection, au dernier jour. »
Jésus lui dit : « Moi, je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi, même s’il meurt, vivra ; quiconque vit et croit en moi ne mourra jamais. Crois-tu cela ? »
Elle répondit : « Oui, Seigneur, je le crois : tu es le Christ, le Fils de Dieu, tu es celui qui vient dans le monde. »
Ayant dit cela, elle partit appeler sa sœur Marie, et lui dit tout bas : « Le Maître est là, il t’appelle. » Marie, dès qu’elle l’entendit, se leva rapidement et alla rejoindre Jésus.
Il n’était pas encore entré dans le village, mais il se trouvait toujours à l’endroit où Marthe l’avait rencontré.
Les Juifs qui étaient à la maison avec Marie et la réconfortaient, la voyant se lever et sortir si vite, la suivirent ; ils pensaient qu’elle allait au tombeau pour y pleurer.
Marie arriva à l’endroit où se trouvait Jésus. Dès qu’elle le vit, elle se jeta à ses pieds et lui dit : « Seigneur, si tu avais été ici, mon frère ne serait pas mort. »
Quand il vit qu’elle pleurait, et que les Juifs venus avec elle pleuraient aussi, Jésus, en son esprit, fut saisi d’émotion, il fut bouleversé, et il demanda : « Où l’avez-vous déposé ? »
Ils lui répondirent : « Seigneur, viens, et vois. »
Alors Jésus se mit à pleurer.
Les Juifs disaient : « Voyez comme il l’aimait ! »
Mais certains d’entre eux dirent : « Lui qui a ouvert les yeux de l’aveugle, ne pouvait-il pas empêcher Lazare de mourir ? »
Jésus, repris par l’émotion, arriva au tombeau. C’était une grotte fermée par une pierre.
Jésus dit : « Enlevez la pierre. » Marthe, la sœur du défunt, lui dit : « Seigneur, il sent déjà ; c’est le quatrième jour qu’il est là. »
Alors Jésus dit à Marthe : « Ne te l’ai-je pas dit ? Si tu crois, tu verras la gloire de Dieu. »
On enleva donc la pierre. Alors Jésus leva les yeux au ciel et dit : « Père, je te rends grâce parce que tu m’as exaucé. Je le savais bien, moi, que tu m’exauces toujours ; mais je le dis à cause de la foule qui m’entoure, afin qu’ils croient que c’est toi qui m’as envoyé. »
Après cela, il cria d’une voix forte : « Lazare, viens dehors ! »
Et le mort sortit, les pieds et les mains liés par des bandelettes, le visage enveloppé d’un suaire. Jésus leur dit : « Déliez-le, et laissez-le aller. »
Beaucoup de Juifs, qui étaient venus auprès de Marie et avaient donc vu ce que Jésus avait fait, crurent en lui.

 

Écouter la Parole

L’arrivée de Jésus au tombeau de Lazare fait suite à des pourparlers entre Jésus, ses disciples et les deux sœurs du défunt. Ils préparent le face-à-face de Jésus avec la mort. Marthe pleure, c’est normal. Jésus aussi, c’est plus étonnant, car il a annoncé que celui qui vit et croit en lui ne mourra jamais. Mais cette non-mort définitive n’exclut pas la mort naturelle, qui peut laisser dans un grand désarroi. Pour redonner à Lazare un temps de vie terrestre, Jésus n’agit pas seul. Il prie son Père dont il sait qu’il l’exauce toujours. Lorsque retentit son cri, « Lazare, viens dehors ! », il est l’instrument du Père qui, seul, peut redonner vie.
Il en sera de même lorsque Jésus retrouvera la vie après sa mort, une vie tout autre que nos pauvres décennies de vie terrestre. Une vie dont il dira, lors du Discours après la Cène : « Père, ceux que tu m’as donnés, je veux que là où je suis, eux aussi soient avec moi et qu’ils contemplent ma gloire » (Jn 17, 24). Le sort de Lazare entre cette reviviscence et sa deuxième mort n’est pas enviable. N’était-il pas mieux au Paradis ? Son drame a d’ailleurs inspiré des romanciers. Mais sa sortie de la tombe est le signe que nos tombeaux ne sont pas des gouffres sans fond.

 

Laisser résonner la Parole

Que d’agitation dans ce récit ! La mort de Lazare trouble ses proches ainsi que Jésus qui était ami de la famille. Une fois encore on voit que Jésus, le fils de Dieu, est pleinement homme. Je contemple les mouvements concrets, les réactions intérieures des uns et des autres. Dans cette situation extrême je peux me laisser toucher par les sentiments qui affectent Jésus, et voir comment il agit : il s’en remet au Père. Et le Père redonne vie.

Je peux me rappeler ce que j’ai ressenti lors de la mort d’un être aimé. C’est peut-être encore trop “douloureux”. Il me suffit alors de contempler Jésus, de voir sa douleur et ses larmes. Puis-je demander à Dieu qu’il me fasse “sentir” sa miséricorde ? Sinon comment ai-je réagi ? Me suis-je tourné vers Dieu ? Que s’est-il passé alors ? Ai-je vu rouler cette pierre qui enfermait, et la vie jaillir de cette expérience de la mort ?

 

Se laisser transformer par la Parole - Ambroise de Milan
« Daigne, Seigneur, venir auprès de ma tombe et me laver de tes larmes : Je n’en ai pas assez dans mes yeux secs pour pouvoir nettoyer mes fautes ! Si je suis digne de tes larmes, j’éliminerai la puanteur de tous mes péchés. Si je mérite que tu pleures quelques instants pour moi, Tu m’appelleras hors de la tombe de ce corps et tu diras : « Viens dehors » Pour que mes pensées ne restent pas dans l’espace étroit de cette chair, mais sortent à la rencontre du Christ pour vivre à la lumière. »

Regarder la Parole

La résurrection de Lazare, Michael Pacher, retable de l’église St. Wolfgang im Salzkammergut, Autriche, 1480.

Ce tableau d’un autel autrichien de la fin du Moyen Âge fourmille de détails. Avez-vous remarqué le personnage à l’élégant chapeau rouge et noir ? Lui et son voisin se bouchent le nez à cause de l’odeur de Lazare. L’un des apôtres se penche vers la cuve et saisit délicatement le linceul. Marthe et Marie adoptent des attitudes de supplication, les mains jointes et le visage baigné de larmes. Le Christ aussi pleure, attristé par le décès de son ami. Il baisse le regard vers le tombeau et bénit le corps. Certains disent que Jésus pleure sur l’endurcissement du cœur de ceux que même ce miracle ne convertit pas.
Lazare a encore les yeux clos et son corps est livide. Néanmoins, il se redresse dans son tombeau.


Vendredi 27 mars, repris du "St Cyprien communique" de ce jour

 

Bonjour,

Je viens prendre du temps avec vous en partant du livre de Qohéleth ou l'Ecclésiaste - Chapitre 3, versets 1-11 - « Il y a un moment pour tout, et un temps pour chaque chose sous le ciel : un temps pour engendrer, et un temps pour mourir... »

Ce texte est proposé dans le livre des funérailles depuis trois ans et là, surprise, les familles choisissent ce texte à la grande majorité.

Pour nous le temps du coronavirus, le temps de l'appréhender, de le découvrir dans le départ de ces milliers de malades qui deviennent victimes de ce temps où ce virus s'installent dans nos vies.

Temps de la Solidarité, du dévouement du personnel soignant. Je vous invite à vivre ce temps qui s'impose à chacun de nous, ce temps du confinement, pour ralentir l'épidémie, comme votre temps à vous, un temps que je vais m'approprier pour mûrir dans ma relation au monde, aux hommes.

Un temps que je choisis pour grandir et non pas désespérer, temps qui me dépasse, temps où je vais quitter mon enfermement pour m'ouvrir à l'Infini, temps où l'Autre va se nommer à moi.

Temps où j'accepte le silence de Dieu et ne transforme pas mes prières en supplication pour ne pas vivre ce temps donné !

Temps où la prière devient Silence, Recherche d'un Regard aimant sur l'Humanité, sur moi !

Mon temps où Dieu se donne, en m'invitant à ne pas savoir, à ne pas bouger, à découvrir simplement son regard aimant.

Je vous invite à retrouver les psaumes, en choisir un sur les 150 et le lire et relire, le manduquer, le digérer, l'apprendre par cœur, laisser les paroles se dire à votre intelligence au cours de la journée tout en descendant au jardin ou assis dans votre cuisine.

Pour les couples, donnez-vous des espaces personnels pour votre bien-être et vivre cette intimité avec votre Seigneur.

Pour moi c'est le psaume 138, depuis l'âge de 18 ans, je le manduque.

Au prochain "St Cyprien communique"..., si le Père me donne les mots, je partagerai ma méditation.

Ne sortez pas de vos maisons sauf... ne sortez pas de votre temps qui mène à la Vie Éternelle dès ce temps.

Père Marc Costarigot, votre curé en son temps de maturité.


Vendredi 27 mars

À 18h, bénédiction Urbi et Orbi du Pape François, en direct de la place St Pierre à Rome sur RCF ou sur KTO

Le Pape a annoncé qu’il présiderait ce temps de prière sur le parvis de la basilique St-Pierre.

La Place St-Pierre sera vide, mais François invite tout le monde à s’y associer grâce aux médias, car cette célébration sera retransmise à la radio, à la télévision et sur internet. « Nous écouterons la Parole de Dieu, nous élèverons notre supplication, nous adorerons le Saint-Sacrement, avec lequel je donnerai à la fin la bénédiction Urbi et Orbi, à laquelle sera attachée la possibilité de recevoir l'indulgence plénière. »

Cette initiative est tout à fait exceptionnelle, la bénédiction Urbi et Orbi n’étant normalement prononcée qu’à Noël, à Pâques et lors de l’élection d’un nouveau Souverain pontife.


Mardi 24 mars

Communiqué de presse du Président de la conférence des évêques de France

Les églises de France sonneront à 19h30 et tous seront invités à poser une bougie à leur fenêtre

A cette occasion de la fête de l’Annonciation, l'ensemble des évêques de France invite les Français à un geste commun ce mercredi 25 mars à 19h30.

Alors que les catholiques vivront cette fête mariale de l’espérance, tout le monde sera invité à déposer une bougie sur sa fenêtre au moment où les cloches sonneront.

Ce geste commun sera une marque de communion de pensée et de prière avec les défunts, les malades et leurs proches, avec tous les soignants et tous ceux qui rendent possible la vie de notre pays. Ce sera aussi l’expression du désir que la sortie de l’épidémie trouve chacun plus déterminé aux changements de mode de vie qui sont nécessaires depuis des années.

En ce mercredi 25 mars, les catholiques du monde fêteront l'annonce faite par l'ange Gabriel à Marie. L'Annonciation est d'abord la fête de l’Incarnation puisque Dieu commence en Marie sa vie humaine qui conduira Jésus jusqu’à la Croix et la Résurrection, jusqu’à la Gloire de Dieu.

Les catholiques, demanderont en même temps à la Vierge Marie de remplir les cœurs de foi, d’espérance et de charité en ces temps et de nous obtenir la grâce de l’Esprit-Saint pour que nous sachions trouver les gestes nécessaires.


Mardi 24 mars

Le groupe paroissial de partage d’évangile aurait dû se retrouver le mercredi 18 mars. Le père Marc nous a proposé de mettre sur le site les interventions écrites de chacun, et de façon anonyme, pour respecter notre règle de confidentialité. Tous le monde n’a pu répondre par écrit, c’est un exercice plus difficile que de partager dans la dynamique d’une soirée.

Le texte proposé était celui de la Transfiguration selon l’Évangile de Luc, chapitre 9, versets 28 à 36. Voici donc les 5 témoignages reçus. Bon partage avec ceux qui les liront.

Télécharger
Commentaires pour le partage d'Évangile du 18 mars 2020
200318-partageEvangile-commentaire.pdf
Document Adobe Acrobat 81.3 KB

Dimanche 22 mars

Textes repris du Livret de Carême du diocèse.

 

4ème dimanche de Carême 2020 : de la cécité à la lumière

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean (9, 1-12)

En passant, Jésus vit un homme aveugle de naissance.
Ses disciples l’interrogèrent : « Rabbi, qui a péché, lui ou ses parents, pour qu’il soit né aveugle ? » Jésus répondit : « Ni lui, ni ses parents n’ont péché. Mais c’était pour que les œuvres de Dieu se manifestent en lui.
Il nous faut travailler aux œuvres de Celui qui m’a envoyé, tant qu’il fait jour ; la nuit vient où personne ne pourra plus y travailler. Aussi longtemps que je suis dans le monde, je suis la lumière du monde. »
Cela dit, il cracha à terre et, avec la salive, il fit de la boue ; puis il appliqua la boue sur les yeux de l’aveugle, et lui dit : « Va te laver à la piscine de Siloé » – ce nom se traduit : Envoyé. L’aveugle y alla donc, et il se lava ; quand il revint, il voyait.
Ses voisins, et ceux qui l’avaient observé auparavant – car il était mendiant – dirent alors : « N’est-ce pas celui qui se tenait là pour mendier ? »
Les uns disaient : « C’est lui. » Les autres disaient : « Pas du tout, c’est quelqu’un qui lui ressemble. » Mais lui disait : « C’est bien moi. »
Et on lui demandait : « Alors, comment tes yeux se sont-ils ouverts ? »
Il répondit : « L’homme qu’on appelle Jésus a fait de la boue, il me l’a appliquée sur les yeux et il m’a dit : “Va à Siloé et lave-toi.” J’y suis donc allé et je me suis lavé ; alors, j’ai vu. »
Ils lui dirent : « Et lui, où est-il ? » Il répondit : « Je ne sais pas. »

Écouter la Parole

Encore un effet bénéfique de l’eau. Non plus celle qui abreuve, comme pour la Samaritaine, mais celle qui lave. L’épisode se prolonge jusqu’au verset 41, mais l’ancien aveugle a déjà exprimé l’essentiel de son attitude : « Je me suis lavé, alors j’ai vu. » La boue que Jésus lui met sur les yeux se mêle à celle qui lui bouchait la vue antérieurement, et il est soudain débarrassé de toute forme d’aveuglement. Quand on lui demande où se trouve celui qui l’a fait venir à la lumière, il répond : « Je ne sais pas. » Devenu voyant, il est aussi devenu lucide. Il se doute que les questions qu’on lui pose sur Jésus manquent de bienveillance. Il ne trahira pas celui qui l’a guéri.

On a parfois fait de lui un naïf, il est plutôt plein de finesse. Lorsque, plus loin dans le texte, les pharisiens l’interrogent avec insistance sur Jésus, il leur répond, non sans ironie : « Serait-ce que, vous aussi, vous voulez devenir ses disciples ? » « Vous aussi... » : il exprime par-là que, pour lui, c’est déjà fait. Qu’est-ce alors qu’un disciple de Jésus ? C’est une personne qui est passée de la cécité à la lumière, et qui est tellement reconnaissante de ce passage qu’elle veut protéger son maître contre tous ses ennemis.

Laisser résonner la Parole

Voici encore une rencontre de Jésus avec un marginal. Cette fois c’est un aveugle de naissance. Il est rejeté par tous et ne peut travailler. Je regarde cette scène et considère chacune des personnes et j’essaye de ressentir ce qui se passe dans les cœurs. Que ressentent-ils ? Que font-ils ? Que disent- ils ? Certains parlent de péché. Que répond Jésus ? Se contente-t-il de parler ? Et comment la guérison se fait-elle ? Est-ce « magique » ? Quels effets cette guérison produit-elle sur l’aveugle ? Il devient un homme libre : quand on l’interroge sur son identité, il affirme : « c’est moi ! ».

Peut-être ai-je fait l’expérience de la révélation de mon péché. Jésus me demande une démarche qui m’ouvre les yeux et la lumière jaillit. Je peux me rappeler ces moments et rendre grâce de cette expérience qui m’a été donnée. Je peux aussi désirer et demander que cette grâce me soit accordée.

Se laisser transformer par la Parole

Guy-Alain, baptisé à 38 ans, agent de propreté

« Au départ, j’étais une personne sourde et aveugle à la foi, bien que ma famille m’en ait parlé. Mais à partir de là, j’ai commencé à entendre ce que Dieu me disait. Je sais que dans la vie, il y aura de la pluie, de la boue, je ne veux plus tomber, avec l’aide du Seigneur, ou si je tombe qu’il me relève. Je n’ai pas seulement choisi de renoncer à ce qui est mal, mais j’ai aussi choisi de consacrer du temps à Dieu dans la prière qui est descendue de mes lèvres à mon cœur. »

Regarder la Parole

La guérison de l’aveugle né, Le Greco, 1570, ©Metropolitan Museum of Art, New York

Ce tableau est une œuvre de jeunesse du Greco ; il a peint trois versions de ce tableau dans les années 1570 lors d’un séjour à Venise.
Quatre groupes de personnages animent le premier plan. Desquels vous sentez-vous le plus proche ? À gauche, des hommes s’interpellent vivement, ils discutent entre eux. Ce sont eux qui ont voulu empêcher l’aveugle de s’approcher du Christ. À droite, un autre groupe d’hommes, plus statique où chacun exprime des émotions différentes. Le point central du tableau, c’est bien sûr le Christ et l’aveugle. Jésus est en mouvement, il approche délicatement sa main du visage de l’aveugle. Cet homme malade est agenouillé, comme collé au sol, pesant, d’ailleurs ses vêtements reprennent les coloris du dallage. Pour finir, attardez-vous sur le groupe au premier plan, un homme et une femme semblent rendre grâce, la main sur le cœur, ébahis par le miracle dont ils sont témoins.


Samedi 21 mars

Du lundi au dimanche le Père Marc célèbre l'Eucharistie à 10h. Au vu des circonstances, c'est une messe privée, personne n'y assiste. Toutefois ceux et celles qui le souhaitent peuvent lui confier des intentions de prières, en téléphonant directement à la paroisse (04 74 67 02 32).


Samedi 21 mars

Information du diocèse.

Mgr Dubost informe (https://lyon.catholique.fr/) à propos de la quête paroissiale afin d'inciter les paroissiens à continuer à donner à la quête dès ce week-end pour limiter l'effondrement des ressources : casuels, quêtes, cierges, dons divers...

3 outils sont proposés : - la quête prélevée, - l'appli la quête pour ceux qui l'utilisent déjà, - une solution sur credofunding très simple pour donner avec sa carte bleue ou effectuer un virement.


Vendredi 20 mars

Voici les points essentiels du dernier "Saint Cyprien communique", les informations de la paroisse seront dorénavant accessibles sur ce site.

 

Les églises de la paroisse : elles sont fermées jusqu’à nouvel ordre.

 

Partage d’évangile : le groupe travaille par internet. Le contenu de leur réflexion accessible ici dans quelques jours. En ce qui concerne les deux conseils CPP et CPAE, le travail se fait par internet et les comptes-rendus seront disponibles d’ici début avril.

 

Le chemin de croix : nous avions prévu de renouveler cette année, le chemin de croix sous la forme d’un pèlerinage itinérant, comme nous l’avions fait l’année dernière. Les circonstances que nous connaissons tous nous obligent à y renoncer.

Néanmoins, pour maintenir le lien avec la communauté, nous publierons ici un livret qui nous permettra de faire chacun individuellement, mais en lien avec toute la communauté, notre chemin de croix.

 

Le diocèse de Lyon : pensez à vous rendre sur le site  pour avoir un lien avec les évêques. Il vous propose des horaires de rencontre chaque jour : https://lyon.catholique.fr/

 

Offrandes de messe : vu les normes diocésaines applicables depuis le 1/1/2020 ;

Vu la décision de la Conférences des Evêques de France ; A partir du 1er avril 2020, les montants conseillés pour les offrandes de Messe seront fixés ainsi : Messe : 18 euros Neuvaine de Messes : 180 euros Trentain de Messes : 580 euros

Mgr Michel Dubost, CJM administrateur Apostolique du diocèse de Lyon. Par mandatement, Chantal Chaussard, Chancelier


Jeudi 19 mars.

En raison de l'impossibilité de se retrouver en l'église de Lachassagne pour les jeudis de veillées d'Adoration, le Père Marc propose aux paroissiens de prendre un temps de méditation et de prière chez soi, en famille, en allumant une bougie, devant une icône ou un crucifix, aux mêmes dates et aux mêmes heures (19 et 26 mars, 2 avril, dès 20h30). Les veillées d'Adoration sont une initiative des jeunes familles de la paroisse, le livret de chant qu'ils avaient préparé pour le distribuer lors des veillées d’Adoration est accessible ci-dessous.

 

Télécharger
Livret de chants des 4 soirées d'Adoration 2020
(il faut repérer les numéros des chants pour avoir les pages dans l'ordre)
20200319-Venez et voyez2.pdf
Document Adobe Acrobat 265.9 KB

Jeudi 19 mars

Prière du Pape François proposée par le CCFD Terre Solidaire.

Le CCFD Terre Solidaire est empêché, comme bien d’autres, de développer son activité de carême par les mesures de confinement (voir la page « CCFD Terre Solidaire » dans la rubrique « Solidarité » de la « Vie Paroissiale »). Il nous propose de partager la prière du Pape François pour la Terre, pour les pauvres, pour la justice et pour la paix :

 

Dieu Tout-Puissant
 qui es présent dans tout l’univers
et dans la plus petite de tes créatures,
Toi qui entoures de ta tendresse tout ce qui existe,
répands sur nous la force de ton amour pour que nous protégions la vie et la beauté.
Inonde-nous de paix, pour que nous vivions comme frères et sœurs,
sans causer de dommage à personne.
Ô Dieu des pauvres,
aide-nous à secourir les abandonnés
et les oubliés de cette terre qui valent tant à tes yeux.
Guéris nos vies,
pour que nous soyons des protecteurs du monde
 et non des prédateurs,
pour que nous semions la beauté et non la pollution ni la destruction.
Touche les cœurs
 de ceux qui cherchent seulement des profits aux dépens de la terre et des pauvres.
Apprends-nous à découvrir la valeur de chaque chose, à contempler, émerveillés,
à reconnaitre que nous sommes profondément unis à toutes les créatures
sur notre chemin vers ta lumière infinie.
Merci parce que tu es avec nous tous les jours.
Soutiens-nous, nous t’en prions, dans notre lutte pour la justice, l’amour et la paix.

 


PRIONS EN ÉGLISE, dès aujourd'hui, donne un accès libre à son site et propose un accompagnement exceptionnel. Accès ICI


Mercredi 18 mars